CRC 28 : 10 RC EPINAY
Match
Statistiques Equipe
Clignancourt RC - RC Epinay
Stade Pershing
CRC
28 : 10
RC EPINAY
28-10-2017 16:00

Clignancourt Rugby club 28 – RCE - 10

(2 essais Ariles, Alexandre L.)

4 essai CRC

1 Maury– 2 Jean-Baptiste – 3 Alexandre B – 4 Kiki–5 Ariles – 6 Alexandre L– 7 Pierre (cap) – 8 Jul – 9 Vincent L. – 10 Miche Miche – 11 Gerland – 12 Gazou – 13 Pink Flo – 14 Alexis – 15 Flavien

R : Fred, Nils, Thomas, Tom, Jean-Mohammed, Dominique

Président coach, gourou et écriture inclusive : Maël

Coach, psychologue, retour de l’être aimé, sortilège en tout genre : Fafa

Homme des bois : Gros

Super connard : Romain G.

Spectateurs : Claude Kone, la famille de Florian, la famille Kiki

Préparatrice physique : Monique

Tonton : Jean-Louis du 93

Terrains : aussi beaux qu’un malade d’Ebola en phase terminale

28 octobre 2017, le RCE traverse le périphérique pour rejoindre ce coin de nature qu’est Pershing qui historiquement accueillit la première finale de championnat de France entre le SCUF et le Stade Français.

Par égard pour ce moment historique, le terrain fut laissé en l’état, par ailleurs dans le cadre d’une démarche éco-responsable, des taupes et diverses déjections ont élu domicile pour contribuer à réduire l’emprunte carbone des déplacements de Fred sur le périphérique.

Pour le RCE, ce match amical était l’occasion de voir si le recrutement avait porté ses fruits, si le nouveau tandem de coah Fafa et Maël (dont les silhouettes sexy vont désormais orner les bancs de touche des terrains d’iles de France) arriveraient à faire passer ses messages, si Romain G. pouvait être l’âme damnée dont a besoin le RCE, si les nouveaux étaient aussi idiots que les anciens, si les anciens allaient faire preuve d’intelligence situationnelle.

Beaucoup de questions et au final, un avant match éprouvante pour les nerfs  (i) quand tu es coach et que tu comprends qu’expliquer à des joueurs que répondre à un sms c’est facile et rapide va être plus difficile qu’à Jean-Luc Mélenchon de reconnaitre sa défaite à la présidentielle (ii) quand tu pars à 6 voitures et qu’entre celui qui sort à Porte de Bagnolet pour une raison qu’on ne saisit pas et celui qui cherche encore le stade à 3 minutes du match, tu sens qu’il va falloir des trésors de pédagogie et/ou vanter les mérites des applications GPS (iv) Enfin, quand tu arrives assailli par : « les gars , il y a des mecs avec un bâton entre les jambes déguisés en sorcier qui jouent au quiddich» - tu te demandes ce que tu as fait pour mériter ça.

Bref, passé ces désagréments, nous arrivons sur le terrain à 16h00 pour un match débutant à 16h00, ce qui compte-tenu des divers évènements exprimés ci-avant est en soit un exploit et après tout s’échauffer c’est triché comme dirait Romain G.

L’échauffement fut ainsi expédié aussi vite qu’une négociation sur le code du travail et le match commença aussi bien qu’une séance à l’assemblée nationale menée par LRM à savoir que les spinassiens attaquent fort, percutent bien mais la moindre ouverture nous fait reculer de 30 mètres entre passes mal maitrisées, passes dans le vide ou désirs d’y aller seule à un contre dix. En face, le CRC propose un rugby avec 3 combinaisons répétées aussi inlassablement et le sosie de Magnus Lund ou de Nick Olivieri en guest star, c’est assez répétitif mais ça fonctionne.

Au bout de 20 minutes de domination stérile et de maladresse, les spinassiens reculent autant qu’un Macron dans les sondages et le CRC impose son jeu. Nous sommes sauvés au moins trois fois par Alexandre qui évite que l’on prenne la marée ce qui signifie que ce dernier outre la reconnaissance éternelle de chaque joueur spinassien a porte ouverte chez tous les joueurs, peut draguer leurs femmes sous nos yeux et est désormais invité permanent de chaque joueur dans les soirées.

Pendant ce temps, Romain G. distribuait les bières et les m&m’s pour être sûr que nous perdions notre ligne et notre crédibilité car voyez-vous Romain c’est le pote qui finit de te savater quand tu es au sol, celui qui s’assure que la vidéo de toi bourré en mauvaise posture arrive sur tous les réseaux sociaux puis vient te voir en te disant : « t’inquiètes, on est toujours pote avant de la balancer à ceux n’étant pas sur les réseaux sociaux ». Vous vous demandez pourquoi ce passage sur un mec en touche avec sa chemise violette et son sourire de fouine, juste parce que j’en avais envie.

Le CRC profitant de la faiblesse des Spinassiens surement déconcentrés par les clodos jouant au quiddich à côté de nous et les m&m’s de Romain, plante 3 essais en profitant de montées défensives certes courageuses mais manquant de liant et de communication. Ainsi, nous nous faisons percer 3 fois de la même manière, le CRC utilisant à merveille son 13 gaulé comme un avant avec une tête de footballeur sedanais en 1985. Certes question look, nous avons Jean-Mohammed et sa dégaine d’acteur Jacquie et Michel, malheureusement cela ne suffit pas.

Le CRC domine outrageusement malgré une défense héroïque. Cependant, tous nos coups de pied de dégagement sont aussi efficace qu’une médiation de l’ONU concernant la Corée du Nord (je sais je vais loin là) pourtant Romain indiquait la mire avec sa bière à moins que cela ne fut qu’un moyen pour nous enfoncer, les historiens nous le diront un jour.

A la mi-temps, une analyse tactique et le vote d’une résolution pour savoir si jouer plus simplement et défendre collectivement pouvait être considéré comme petit bourgeois ou non amène le CRC à faire son auto-critique et à entamer la seconde mi-temps sur des bases plus saines.

Le Spinassien joue de manière extrêmement simple avec du jeu à une passe ce qui pour certains est un soulagement. Epinay reprends le dessus et marque un premier essai par Alexandre L. en force qui sur proposition de Romain G. bénéficie d’un service de VTC à toute heure du jour et de la nuit par Vincent L.

Les débats sont plus équilibrés, la défense est mieux maitrisée, néanmoins nous sommes débordés plusieurs fois par le CRC mais à chaque fois un plaquage, un grattage vient annihiler l’action adverse. Epinay pousse et marque à nouveau sur une percée rageuse de Ariles. Nous avons aussi quelques occasions, une magnifique percée d’Alexandre de 50 mètres mais le soutien offensif était parti regarder le Quiddich et avoir un autographe de Drago Malefoy, l’action ne donna rien comme celle de Flo où cette fois-ci le soutien avançait aussi vite qu’une rame de RER A le matin. Vincent L. tenta de ranimer les débats mais le début de bagarre entre deux demis de mêlées au physique d’adolescent prépubère ne donna rien de plus qu’une sortie de 10 minutes même pas sur carton ce qui est franchement la honte.

Epinay finira sur les genoux et encaissera un dernier essai par le CRC.

 

L’arbitre : arbitrage tout en souplesse, de toute façon sache Jean-Marc qu’au regard de ta carrure tu auras toujours raison

Talent d’or : les novices qui ont rehaussé le niveau, plaqué à tour de bras et sont sortis en disant que c’était génial de plaquer

Cagette d’or : après avis unanime du jury, la cagette d’or est donnée à Ariles qui a confondu son nom avec celui de Mory, nous avons retourné le problème dans tous les sens et à vrai dire on se dit que la cagette d’or débute sur du très lourd.

  Album du match